Sorcière je suis et je suis fière de l’être

Actualité

Sorcière je suis et je suis fière de l’être

Sorcière je suis,
celle qui parcourt et traverse ses ombres, toujours plus loin,
en allumant le flambeau de son courage à l’étincelle de sa Foi,
celle qui a transformé sa rage en une saine colère,
celle qui est allée au fond des lacs sombres de sa psyché.

Sorcière je suis,
celle qui avance dans la Lumière, celle de l’Astre solaire,
et qui a promis de servir, célébrer, honorer la Vie sous toutes ses formes
celle qui ouvre son cœur à chaque sourire, moments de Grâce et de Magie,
celle qui rit aux éclats devant la beauté du monde ou pleure devant la bêtise humaine.

Sorcière je suis,
celle qui a eu mille fois le cœur brisé, morcelé, l’âme éparpillée,
qui a chanté, hurlé comme une louve sous les étoiles sa peine, son désespoir,
qui s’est roulée en boule au pied d’un Arbre frère et centenaire,
jusqu’à ce que la paix et l’unité revienne.

Sorcière je suis,
celle qui marche et qui danse pieds nus sur la Terre,
reconnaissant là sa Maison, son ancrage, sa sécurité
que personne ne pourra jamais lui enlever;
celle qui reçoit l’Abondance et l’Amour de Terre Mère
qui l’aime sans conditions et qui l’a autrefois bercée tendrement.

Sorcière je suis,
celle qui marche les cheveux libres au vent des quatre saisons,
chantant et jouant les vibrations de son cœur et de l’Univers,
se laissant inspirée par la mélodie du peuple du ciel ;
celle qui sait que plus personne ne fera taire sa parole,
qu’elle soit douce comme des pétales de rose ou tranchante comme un silex.

Sorcière je suis,
celle qui a attisé son feu intérieur à l’antre du Dragon retrouvé,
rallumant la flamme de Vie d’un brasier éteint par sa propre mère,
celle qui a bravé les interdits familiaux, transmuté les blessures de sa lignée,
celle qui sait que plus jamais le Feu ne la brûlera sur un bûcher.

Sorcière je suis,
celle qui plonge nue dans les eaux cristal de montagne,
celle qui joue et apprend dans les bassins des Vouivres et des Ondines
celle qui va se purifier dans l’Océan et la Mer en chantant avec les Sirènes,
celle qui a appris à suivre les courants de la vie sans résister,
et à laisser couler le flot de ses émotions libératrices.

Sorcière je suis,
celle qui apprend à marier ses énergies féminines,
sa douceur et son écoute, son pouvoir de Guérison et d’intuition
avec ses énergies masculines,
sa fermeté et sa force d’action, son pouvoir de réalisation et création.

Sorcière je suis,
dans le cycle de la vie et des saisons, des naissances et des morts,
dans le cycle de mes propres lunes et de mon sang qui coule et s’écoule,
tour à tour, vierge, mère ou prêtresse, jeune innocente ou vieille comme le monde,
la Femme aux multi-facettes qu’aucun homme ne pourra enfermer dans le concept étroit de son mental castrateur,
la Magicienne qui ne donnera plus son pouvoir aux Sorciers-Loups avides de sa connaissance,
la Guerrière qui ne laissera plus son temple sacré être souillé,
l’Amante Amoureuse qui ouvrira ses portes et fenêtres à celui qui la respectera.

Sorcière je suis,
et si j’avance seule, mon Fils,
sache que l’Amour que j’ai pour la Vie, pour ma Vie,
pour celle qui est née en toi, dans ton corps que j’ai autrefois porté dans ma chair,
est le plus précieux des Dons et des Cadeaux ;
sache que malgré les apparences je suis entourée et bénie,
par mes Sœurs et frères de cœur, par les Êtres des mondes subtils,
Par ma Mère la Terre et mon Père le Ciel, par la Grâce des Éléments,
Par le peuple des Dragons et des Elfes.
Sache que plus personne n’a le pouvoir de me faire chavirer
dans cette vie ou une autre, et que lorsque je chute, je me relève, toujours.

Viens dans mes bras, petit homme, je vais chanter pour toi ….

Texte de Virginie Imaya